Ambroisine Bré

mezzo-soprano

La mezzo-soprano Ambroisine Bré commence très tôt sa formation musicale dans une classe maîtrisienne avant d’intégrer la filière pour jeunes chanteurs professionnels du conservatoire à rayonnement régional de Paris. En 2013, elle intègre la classe d’Yves Sotin au conservatoire national supérieur de musique de Paris. Lauréate de plusieurs concours lyriques, elle remporte en 2017, quatre prix lors des « Mozart de l’Opéra » au Théâtre des Champs-Elysées ainsi que le Grand Prix Duo Chant/Piano du Concours international Nadia et Lili Boulanger, avec la pianiste Qiaochu Li.

 La carrière d’Ambroisine Bré prend son essor sur plusieurs grandes scènes européennes. En 2018, elle chante notamment le rôle de Sesto dans La Clemenza di Tito à Prague (dir. Marc Minkowski). L’été dernier, elle donne un récital de mélodies françaises au festival de Radio France puis on l’entend aux festivals de la Chaise Dieu et Sinfonia en Périgord avec Les Talens Lyriques (dir. Christophe Rousset) dans un programme intitulé Les Larmes de la Vierge (Rossi, Monteverdi, Perti, Vinci, Haëndel).

En 2018, on a pu l’entendre dans le programme la Tentation de l’Italie (Le Berger Fidèle de Rameau et La Morte di Lucrezia de Montéclair) avec les Talens Lyriques à la Philharmonie du Luxembourg et au Staatsoper de Berlin. L’année dernière, elle était Annio dans La Clemenza di Tito à l’Atelier lyrique de Tourcoing (dir. Emmanuel Olivier) puis la Deuxième Dame dans Die Zauberflöte de Mozart à l’opéra de Lille (mise en scène de Roméo Castelluci, dir. Eivind Gullberg Jensen). Elle s’est également vu confier les rôles d’Iris, Syrinx et Calliope dans Isis de Lully avec les Talens Lyriques au festival de Beaune, au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra Royal de Versailles et au Wiener Staatsoper. On l’entend au festival de Pâques 2019 de Deauville lors d’un récital de mélodies françaises aux côtés du quatuor Hanson. Citons également la sortie imminente d’un enregistrement de la Grande messe en ut de Mozart avec Les Musiciens du Louvre (dir. Marc Minkowski) sous le label PentaTone.

Prochainement, Ambroisine se verra confier les rôles de Dorothée dans Cendrillon de Massenet à l’opéra de Limoges (dir. Robert Tuohy) et de Dorabella dans Cosi fan Tutte de Mozart à l’opéra du Rhin (dir. Jacques Lacombe).

Ambroisine est Révélation Classique de l’Adami 2017, lauréate de la Fondation Royaumont et est nommée en tant qu’artiste lyrique dans la catégorie des Révélations des Victoires de la musique classique 2019.

Photo : Claude Doaré

Les concerts du festival

  • Arcangelo Corelli (1653-1713)

    Sonate III du Cinquième Œuvre ajustée à la flûte traversière

    Sonate VI pour viole de gambe et basse continue opus 5

    Jean-Baptiste Quentin dit Le Jeune (1690-1742)

    Sonate II des Sonates à

    Lire la suite
  • Wolfgang Amadeus Mozart (1762-1791)

    Divertimento pour violon, alto et violoncelle « Puchberg » K. 563

    Benjamin Godard (1849-1895)

    Berceuse (Jocelyn) pour voix et piano op. 100

    Émile Paladilhe (1844-1926)

    Psyché pour voix et piano (1911)

    Lire la suite
  • Robert Schumann (1810-1856)

    Quatuor à cordes n° 3 op. 41 n° 3

    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

    Quintette avec clarinette « Stadler » K. 581

    Lire la suite
  • Ludwig van Beethoven (1770-1827)

    Quatuor à cordes n° 14 opus 131

    Robert Schumann (1810-1856)

    Quintette avec piano opus 44

    Lire la suite
  • Frédéric Chopin (1810-1849)

    Sonate pour piano « Funèbre » n° 2 op. 35

    Maurice Ravel (1875-1937)

    Valses nobles et sentimentales M. 61

    Alexandre Scriabine (1871-1915)

    Valse op. 38

    Lire la suite
  • Gabriel Fauré (1845-1924)

    Nocturnes pour piano n° 3 opus 33 et n° 4 opus 36

    La Bonne Chanson pour voix, quatuor à cordes et piano opus 61

    Poèmes de Paul Verlaine, 1870

    Lire la suite

Dans la presse

  • La qualité au rendez-vous du festival de musique de chambre de Pont-Croix Lire la suite
    image Télégramme (27/10/2020)
  • "Les jeunes musiciens, tous résidents de la fondation Singer-Polignac, prennent un plaisir évident à revenir chaque année à Pont-Croix, et Lire la suite
    image Télégramme (21/10/2020)
  • 1
  • 2